Se laisser traverser

Le monde est en nous, il nous traverse, et nous en sommes constitués et nous le constituons.

Depuis trente années je dessine et peins.

J’ai été longtemps impressionné par Pierre Alechinsky, son encre de chine et ses marouflages de papier, Richard Long et son engagement total en pleine nature, Cueco et son rapport simple au monde. Après des années de sculpture j’ai découvert  la peinture acrylique et la toile, pour une plongée dans la couleur. J’aime que notre monde puisse se traverser de civilisations en civilisation et qu’il permette de convoquer Hokusai ou Fra di Bartoloméo, me permettant, tout en satisfaisant mon tropisme fort pour l’orient d’avoir les pieds bien ancrés dans notre occident. Ces aller-retours font ma joie.

par l’intérieur

 Je cherche à donner une image à l’invisible que je peux ressentir en moi. Depuis trois années c’est par le mouvement des poissons ou des oiseaux, toujours renouvelé, dans la simplicité joyeuse de l’instant que je cherche à fixer la profondeur et la puissance de la vie.

par la surprise

 Je ne travaille qu’en ne mettant séparé au préalable de ma tête, posée sur l’étagère à l’entrée de l’atelier. Je cherche toujours à laisser mon mental hors du jeu de la création tant celui-ci est limitant. Alors l’erreur est bienvenue, le hasard célébré et les taches peuvent tomber où bon leur semble. Je travaille très vite pour guetter ce que le pinceau veut dessiner et que  jamais ma tête trop étroite, ne saura me dire.

par la couleur

La découverte d’une couleur, que ce soit le bleu d’outremer ou l’orange de pyrrole me met en joie. Passionné de l’exploration de la teinte, les images sortent toutes seules .On dit que les couleurs chantent , il me semble que c’est vrai.

par le partage 

Avec la rencontre avec l’écrivain Pierre Reboul, une vraie communauté s’est établie autour d’un envoi pendant cent jours d’un haiku illustré quotidien. Près de 800 personnes ont suivi l’aventure qui chaque matin leur apportait par mel un hailu illustré pour éclairer leur journée.La joie du partage est une émotion très motrice de mon travail. 

par les humains

 Créer des personnages en sculpture ou par la peinture donne un sentiment étonnant de démiurge.
par quelque coups de pinceaux vites brossés , ou des fils torsadés, un humain apparait qui n’existait pas avant. Ces foules en devenir m’émeuvent, il me suffit de les peindre pour quelles voient le jour.

par l’engagement

 Comme l’homme pris par la mer, je suis pris par la peinture.Les images à venir me réveillent la nuit, et j’ai souvent la toile achevée, l’impression forte que celle-ci n’est pas de moi, mais est simplement passée par ma main me traversant jusqu’à la toile.

 

 

Exposition Musée Hébert 

1988 Dessins

1998 Sculptures

1% culturel

2000 Cité internationale Grenoble

2005 Hôpital de Haute-Saône Vesoul 

Cent Haïkus

Un haïku par jour de Pierre Reboul illustré

2017   800 followers